Vous êtes ici

“Si c’était pour moi, je ne venais pas ici”

Les enfants racontent


Par
Teresa Solis doctorante en sciences humaines et sociales, CRIX-département d’Italien, université Paris-Ouest-Nanterre-La Défense.
Rubrique
Article de dossier/point sur

En Italie, où la nationalité est fondée sur le droit du sang, les enfants de parents immigrés ont une perception complexe de leurs origines. Ils ont à trouver une place dans un pays où ils ne sont pas forcément nés et qui, parfois, les rejette. L’étude des rédactions d’enfants dans le cadre scolaire permet de mieux comprendre la nature de leurs questionnements. Outre les doutes liés au rapport à la terre d’origine, au passé ou aux traditions de leurs parents, leurs écrits témoignent d’une identité qui s’invente au-delà des territoires.

Article issu de

Ecrire la migration

N°1306 avril-mai-juin 2014

Haut de page