« Une idée revenait tout le temps parmi les ouvriers : pas de politique »

Entretien avec Driss El Yazami, militant des droits de l'Homme, ancien président du Conseil national des droits de l'Homme (CNDH) au Maroc et de l'association Génériques


Par
Marie Poinsot Rédactrice en chef de la revue
Rubrique
Article de dossier/point sur

Hommes & Migrations : Étudiant d’origine marocaine arrivé en France en 1970, vous avez cessé vos études en 1971 pour défendre les travailleurs immigrés jusqu’à votre expulsion de France en 1975. Comment avez-vous rencontré Saïd Bouziri et les autres membres qui ont participé à la création du Mouvement des travailleurs arabes (MTA) ?

Driss El Yazami : Installé au début de ces années 1970 dans le Midi, je rencontre Saïd pour la première fois lors de la visite d’une délégation des Comités Palestine du Sud aux « Parisiens » de ces mêmes comités. Nous arrivons dans la capitale alors même que se tenait une manifestation métro La Chapelle, suite à l’assassinat en octobre 1971 du jeune Djillali dans le quartier de la Goutte d’Or.

Article issu de

1973, l'année intense

Portfolio : les luttes s'affichent !

N°1330 juillet-septembre 2020