Focus

Portraits d'artistes

Image
accueil mini site ciao italia

Yves Montand

Image
accueil mini site ciao italia
Yves Montand, une divette et un journaliste, René Monduel, prennent la pose sur la Canebière à Marseille en 1941, photographie d’Henri Moiroud Marseille © Archives départementales des Bouches-du-Rhône 

Yves Montand est né Ivo Livi, à Monsummano Terme, en Toscane en 1921.

Alors qu’il est âgé de trois ans, son père, militant communiste, est contraint d’émigrer avec sa famille en raison des persécutions fascistes qui aboutissent à l’incendie de son atelier de fabrication de balais. Si, comme beaucoup de migrants le projet est de "Fare l’America", le voyage s’arrête à Marseille à cause des restrictions à l’immigration imposées par les États-Unis. La famille Livi retrouve à Marseille une importante communauté toscane et s’installe dans les quartiers industriels et ouvriers du Nord de la ville.

Ivo travaille d’abord dans une fabrique de pâtes. Mais le spectacle l’attire. Il s’invente un nom de scène en référence à sa mère qui, dans un mélange d’italien et de français, l’appelle : "Ivo, monta". Sa carrière débute sur les scènes du music-hall marseillais, dont le fameux Alcazar, avant de rejoindre Paris au milieu de la guerre. Chanteur et comédien, il devient une grande vedette internationale.

Lino Ventura

Lino Ventura a été l’un des acteurs les plus appréciés et les plus populaires de France. Il est né à Parme, en 1919, dans une famille modeste.

En 1926, il émigre en France avec sa mère et s’installe à Montreuil, en région parisienne, où résident des parents. Stigmatisé à l’école en raison de ses origines, Lino travaille dès l’âge de huit ans comme livreur, garçon d’ascenseur et groom dans un hôtel, puis coursier pour la Compagnie Italienne de Tourisme à Paris. En 1943, il est appelé sous les drapeaux en Italie et intègre un bataillon alpin. Il ne tarde pas à déserter pour regagner la France.

Grâce à un physique imposant, il devient un lutteur de très bon niveau ; sur les rings de catch, il est "la fusée italienne". Il fait ses débuts au cinéma en 1954. Très attaché à son pays d’origine, Lino Ventura a toujours conservé la nationalité italienne.

Serge Reggiani

"C’est moi, c’est l’Italien" chante Serge Reggiani en 1971, rappelant ainsi qu’il a été un immigré italien. Né à Reggio d’Emilie en 1922, il quitte l’Italie en 1930, à huit ans, en raison des pressions que subit son père, opposant au régime fasciste.

Les Reggiani s’installent d’abord en Normandie puis à Paris où les parents ouvrent un salon de coiffure, rue du Faubourg-Saint-Denis. La famille Reggiani poursuit son engagement antifasciste en adhérant à la Fratellanza Reggiana de Paris. Serge, qui pratique la boxe, n’hésite pas à faire le coup de poing contre les fascistes de Paris. C’est toutefois vers le théâtre qu’il se tourne en entrant au conservatoire. La chanson ne vient que bien plus tard, à l’âge de 45 ans, tandis qu’il tourne de nombreux films en France comme en Italie, pays auquel il reste lié.