Vous êtes ici

« Dans le désert d’Atacama, à nos bourreaux nous avions choisi de répondre par l’art et l’éducation. »


Par
Ivàn Quezada enseignant d’espagnol à la retraite à l’université Bordeaux-Montaigne
Rubrique
Article

"Libéré de prison en novembre 1976, je n’avais qu’une seule envie, celle de continuer mes études, comme j’en avais fait la promesse à ma mère. J’ai alors accepté le visa que m’offrait le gouvernement français de l’époque afin d’achever mes études et devenir un jour professeur d’espagnol. Partir en France s’imposait comme l’unique solution, d’autant plus que ma vie était toujours en danger".

Article issu de

Poser pour la liberté

Portraits de scientifiques en exil

N°Hors-série automne 2020

Haut de page