Vous êtes ici

Le dilemme de la solidarité et de l’exil

Dire, voir, témoigner


Par
Pascale Laborier professeure de science politique, chargée de mission « scientifiques en danger » à l’université Paris Nanterre, membre du bureau du réseau MEnS, le réseau des établissements engagés pour l’accueil et l’accompagnement des étudiants et chercheurs en exil, membre du Comité de parrainage de PAUSE
Rubrique
Article hors dossier

"… Notre série de portraits contribue à rendre visibles nos collègues dans un monde dont ils s’effacent à bas bruit. Ils sont victimes d’une double injustice. Ils n’ont plus de poste, plus de passeport ; ils ont perdu des proches, leur maison ou tous leurs biens. La solidarité est nécessaire pour leur permettre d’échapper aux dangers et garantir leur liberté académique, ou réclamer leur libération lorsqu’ils sont prisonniers. Ce faisant, ils deviennent pour nous des exilés alors même qu’ils ne cherchent qu’à rester nos égaux. Ils demandent à travailler et non à être assistés…"

Article issu de

Poser pour la liberté

Portraits de scientifiques en exil

N°Hors-série automne 2020

Haut de page