Les rapports de classe et de race

Les angles morts du traitement politique et institutionnel de la prostitution en France


Par
Prune de Montvalon Doctorante en socio-anthropologie à l’Unité mixte de recherche Migrations et Société (URMIS), UMR CNRS 8245 - UMR IRD 205
Rubrique
Article de dossier/point sur

 

En privilégiant une lecture de la prostitution sous l’angle des rapports de sexe, les porteurs du projet de loi “contre le système prostitutionnel”, actuellement en débat au sein des Parlements, peinent à analyser l’imbrication de ces rapports avec ceux de classe et de “race”. La prostitution est non seulement individualisée mais aussi dématérialisée. Cette dématérialisation se manifeste par le peu d’alternatives réelles proposées pour remédier à la précarité spécifique des femmes, tant au niveau économique que dans leur mobilité géographique et juridique.

Article issu de

Femmes et migrations

N°1311 juillet-septembre 2015