Vous êtes ici

Une vie déplacée entre Téhéran, Kaboul et Paris

Les dangers de la vie d'universitaires


Par
Anonyme ingénieur d’études en hydro-informatique
Rubrique
Article hors dossier

"... Me revoilà seul dans une nouvelle errance. Je m’étais habitué à ne pas être dépendant, à recommencer de zéro. Cela n’est pas chose facile. Ma valise ne comportait qu’une poignée de vêtements, de livres et un ordinateur portable. Les gens gardent ce qui les rattache à leur passé mais, pour un éternel voyageur qui n’a pas de maison, ces choses n’existent presque pas..."

Article issu de

Poser pour la liberté

Portraits de scientifiques en exil

N°Hors-série automne 2020

Haut de page