Vous êtes ici

Les spécificités culturelles du Todo Vale dans le Madrid de l’après-franquisme


Par
Magali Dumousseau-Lesquer Maître de conférences en civilisation contemporaine espagnole, université d’Avignon, laboratoire ICTT.
Rubrique
Article de dossier/point sur

À la mort du général Franco, en 1975, Madrid découvre en son centre la réalité d’une culture parallèle. Connue sous le nom médiatique de « Movida », appelée « Todo Vale » par ses créateurs, cette production culturelle particulièrement dynamique s’est développée dans l’ombre, à cause de la censure, en réaction à l’image grise et au néant culturel associés à la capitale. En allant puiser leur inspiration hors des frontières espagnoles, les jeunes artistes autodidactes du Todo Vale renouent avec une diversité culturelle qui se trouve au fondement de l’histoire de Madrid. Cette culture underground contribue ainsi à redéfinir l’identité urbaine de la capitale espagnole.

Article issu de

Capitales européennes et diversité culturelle

Portfolio : L'année 1939 dans les collections du Musée

N°1327 octobre-décembre 2019


Haut de page