Ce qui s'oublie et ce qui reste

Dossier : Diasporas africaines et créativité

N°1332 janvier-mars 2021

272 pages

Coordinateur(s):
Jacques Barou directeur de recherche émérite au CNRS et Jean-Baptiste Meyer chercheur au Ceped (Centre population et développement, IRD et Université de Paris)

L'exposition Ce qui s’oublie et ce qui reste que présente le MNHI en partenariat avec le MACAAL à l’occasion de la Saison Africa2020 est à l'honneur dans ce numéro. Les œuvres d’artistes issus du continent africain interrogent ce que les migrations font aux populations qui partent hors de leur terre natale, les transmissions ou omissions de leurs cultures et identités dans un monde interconnecté. Les diasporas africaines sont abordées sous l’angle de leur créativité et les articles analysent comment leur transnationalisme est un facteur déterminant de création culturelle, d’engagement politique et d’innovation.


Couverture: …notwithstanding the forces at hand, Série Surtentures, 2018, Emo de Medeiros. © Emo de Medeiros. © Alessio Mei. © Adagp, Paris, 2021.

Sommaire

Champs libres : films

143 rue du Désert